Prothèses mammaires : vigilance accrue

21 novembre 2011 Pas de commentaires »

Depuisle retrait, le 29 mars 2010, des prothèses mammaires défectueuses de la société Poly Implat Prothèse (PIP), l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé a poursuivi ses investigations. Celles-ci confirment la fragilité de ces prothèses implantées chez 30 000 Françaises, après un cancer du sein ou pour des raisons esthétiques. Remplis d’un gel de silicone non conforme, les implants PIP présentent un taux de rupture plus précoce que la normale. Les femmes concernées sont invitées à voir leur médecin ou leur chirurgien tous les six mois, pour un examen et une échographie. L’agence va plus loin : une simple suspicion (modification du sein, ganglion sous le bras…) et même l’inquiétude de la patiente, justifient une intervention. Dans tous les cas, les frais de retrait seront pris en charge par l’Assurance-maladie.

Laissez un commentaire