Le Syndicat des médecins libéraux

Le SML regroupe 72 Syndicats départementaux et la majorité des syndicats catégoriels de spécialités y adhèrent.

Les adhérents du SML sont composés de 45% de Généralistes et de 55% de Spécialistes. Les adhérents du SML exercent à 30% dans le secteur I et à 70% dans le Secteur II. Suite à l’enquête de représentativité de 2002, le SML a été reconnu représentatif des médecins spécialistes et des médecins généralistes.

En Métropole, aux élections professionnelles du 29 Mai 2000, le SML a obtenu 4997 suffrages (soit 16,21%) chez les médecins Généralistes et 6048 suffrages (soit 22,32%) chez les médecins Spécialistes.

Nos adhérents sont composés de 28% de femmes et de 72% d’hommes.
8 % de nos adhérents ont entre 30 et 40 ans
22 % de nos adhérents ont entre 41 et 45 ans
30 % de nos adhérents ont entre 46 et 50 ans
22 % de nos adhérents ont entre 51 et 55 ans
10 % de nos adhérents ont entre 56 et 60 ans
8 % de nos adhérents ont plus de 61 ans

Les régions regroupant le plus d’adhérents sont :
L’Ile de France – P.A.C.A. – l’Alsace – Centre – Rhône-Alpes
Le SML se bat sans relâche pour la défense de la Médecine Libérale. Il est à l’origine de pratiquement tous les combats et de la majorité des recours devant toutes les instances juridiques.

Le SML a créé une AGA en 1983 – l’A.G.L., et une Association de Formation : l’AFML en 1990.

Plus d’informations sur le site officiel : http://www.lesml.org

Historique du SML

1981
Création du Syndicat des Médecins Libéraux
1985
Iers « Etats Généraux de la Médecine Libérale ».
1986
Obtient la « Dépénalisation » du secteur II. Les médecins du secteur II sont les seuls en France à pouvoir choisir leur caisse de sécurite sociale. Un acte de justice sociale obtenu par le SML.
1988
Création des Stéthos du Coeur.
1989
IIèmes « Etats Généraux de la Médecine Libérale ». Plus de 1500 médecins réunis par le SML pour défendre la médecine libérale et ses valeurs fondamentales.
1990
Le SML, non encore représentatif, soutient la convention. Pour la premiere fois une convention propose une charte de qualité avec des recommandations médicales (non opposables).
1991
Création du concept : « le Caducée Brisé ».
Le SML dans la rue avec 300 000 professionnels de santé pour la survie de la médecine libérale.
1993
Le SML est reconnu représentatif des médecins spécialistes.
Il signe la convention qui institue l’optimisation médicalisée des dépenses, et s’oppose à la maîtrise comptable.
1994
Le SML est reconnu représentatif des médecins généralistes.
Création du « Mémo de Santé »
1995
Le SML est le premier à s’opposer à la maîtrise comptable instituée par le « Plan Juppé ».
Il descend dans la rue dès le 28 Novembre.
Tenue des Etats Généraux de la retraite.
Trois revalorisations tarifaires en 18 mois grâce à son engagement conventionnel.
1996
Le SML mène la contestation contre la maîtrise comptable.
IIIèmes « Etats Généraux de la Médecine Libérale » : Il réunit 1 353 médecins le 24 Novembre au Palais des Congrès à Versailles. La contestation contre le plan Juppé prend corps à cette occasion.
1997
Refus de signer les conventions médicales qui instaurent la maîtrise comptable. En représailles, le SML perd la représentativité au titre des généralistes, mais garde celle au titre des spécialistes.
1998
Le SML obtient l’annulation, par le Conseil d’Etat, des conventions médicales (MG et SP) de1997. Le Conseil Constitutionnel annule les sanctions collectives.
1999
Annulation partielle par le Conseil d’Etat de la Convention des Médecins Généralistes de 1998.
Annulation partielle par le Conseil d’Etat du Règlement Minimal Conventionnel.
Le SML dépose et gagne un référé à Troyes contre la campagne de racolage en faveur du médecin référent.
Divers recours sont déposés et gagnés devant le Conseil d’Etat.
2001
Le SML initie avec la CSMF, le mouvement de contestation des Médecins Généralistes.
2002
Le SML obtient avec la CSMF le C à 20 Euros et le V à 30 Euros.
Le SML est reconnu représentatif pour les Spécialistes et les Généralistes.